H/F Île-de-France

 
 


Musique

Recommandations pour atteindre l’égalité femmes-hommes

En attendant le lancement de la Saison Égalité – Musiques Actuelles, Natasha Le Roux de HF Île-de-France et Anne Morvan de HF Rhônes-Alpes ont dressé une liste de préconisations pour tendre vers l’égalité femmes-hommes, destinée aux structures de l’enseignement musical. Le domaine de la musique est celui où les inégalités entre les hommes et les femmes sont les plus nombreuses, de la visibilité des artistes aux équipes des différentes structures, en passant par le fossé existant entre les carrières professionnelles des femmes et celles des hommes.

Pour en savoir davantage, merci de contacter l’association par mail

Musique

Campagne de sensibilisation : Où sont les femmes? – Association PALOMA

De septembre à décembre 2015, Paloma (SMAC à Nîmes) a conduit des actions autour de la thématique « Où sont les femmes « , afin de questionner la place des femmes dans les musiques actuelles : concerts, interviews, émission de radio, exposition, jeux, showcase, animations, etc.
Retour en images sur une campagne de sensibilisation menée avec humour, détermination et enthousiasme.

Voir le documentaire

Musique

Les femmes sont-elles des hommes comme les autres ?

Suite à la rencontre du 2 février 2016 au FGO – Barbara coorganisée avec le RIF, nous avons publié un rapport concernant la place femmes dans les musiques actuelles aujourd’hui.

Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

Musique

Le pôle musique

La musique est l’un des domaines culturels souffrant le plus d’inégalités entre les femmes et les hommes. Le jazz, les musiques actuelles et la variété sont les secteurs les plus sinistrés sur cette question.
Tandis que les femmes sont majoritaires dans les écoles de musique, elles se voient par la suite empêchées et  moins nombreuses que les hommes dans la quasi-totalité des professions musicales : compositeurs, instrumentistes, chefs d’orchestre, solistes, librettistes,… Elles sont également très peu nombreuses à la tête des établissements musicaux et leur travail peine à faire l’objet d’une reconnaissance artistique.

 

Devant un tel constat, HF Île-de-France, par l’entremise du pôle musique, a entrepris un véritable travail de conscientisation du secteur non seulement pour aider à mener plus d’élèves filles aux carrières musicales mais également pour rééquilibrer en amont la répartition genrée des instruments ainsi que pour inscrire davantage de compositrices aux programmes des établissements d’enseignement musical.
Par ailleurs HF Île-de-France sensibilise les structures musicales à ces questions et travaille aujourd’hui, en partenariat avec le secteur, à mettre en place une Saison Égalité musique.

Musique

Lettre ouverte

à Madame La Ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti, Madame La Ministre des droits des femmes Najat Vallaut Belkhacem au sujet des allégations de Monsieur Bruno Mantovani, Directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris

 

Mesdames Les Ministres,

Monsieur Mantovani a été nommé à la tête de la prestigieuse institution du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris pour en garantir l’excellence, excellence de sa gestion et de son enseignement ; nous espérions de ce fait que Monsieur Mantovani se ferait le promoteur de principes permettant aux grands talents musicaux de demain de s’y épanouir.

Or Monsieur Le Directeur considère aujourd’hui que les femmes sont a priori exclues de certaines carrières, notamment de celles de cheffes d’orchestre. Outre le grand tort qu’il cause à la musique en la privant de talents et de compétences*, Monsieur Mantovani contrevient purement et simplement aux fondements de notre démocratie. Ses propos tenus sur France Musique le 3 octobre 2013 semblent en effet ignorer la règle fondamentale d’égalité qui, inscrite dans notre constitution, constitue l’un des trois socles de notre République.

Principe d’égalité qui s’accorde mal avec l’idée qu’il existerait pour les femmes un « frein physiologique » à l’exercice du métier de chef d’orchestre ainsi que Monsieur Mantovani l’a publiquement prétendu.

Ce principe d’égalité garantit au contraire aux élèves filles des écoles de musique la possibilité d’aspirer aux plus hautes ambitions musicales sans obstacle discriminant lié à leur sexe. Or, nous constatons avec consternation qu’aujourd’hui en France, alors que les jeunes filles sont majoritaires dans les écoles de musique, d’aucuns continuent à placer au dessus de leurs têtes des plafonds de verre qui compromettent un accès égalitaire aux professions musicales.

Quant aux « concours », ils ne reposent pas sur des critères de sélection aussi objectifs et fiables que Monsieur Mantovani le prétend. En témoignent les études qui démontrent par exemple que seule l’audition d’une instrumentiste derrière un paravent peut garantir une parfaite impartialité des jurys hors de toute discrimination sexiste. C’est pourquoi le Parlement européen suggère dans sa résolution du 10 mars 2009 que, par cet usage, l’on garantisse, chaque fois que cela est possible, l’anonymat des candidatures.

De la même façon, Monsieur Mantovani ne peut contrevenir, comme il l’a fait, aux dispositions du code pénal français qui, par ses articles 225-1 à 225-4, garantit la non-discrimination directe ou indirecte des femmes « en raison de la maternité, y compris du congé maternité ». Sa position hiérarchique et son avis décisif dans le recrutement des élèves est un paramètre qui, dans ce contexte, aggrave la portée de ses propos.

Nous, Mouvement HF, souhaitons donc que le CNSMDP se montre à la hauteur de ses missions en respectant les valeurs d’une démocratie du XXIème siècle ainsi que les dispositions de la loi en vigueur dans notre pays en matière d’égalité professionnelle.

Il est temps que les établissements d’enseignement de la musique dans leur ensemble adoptent une attitude résolument incitative en faveur des femmes instrumentistes, compositrices et cheffes d’orchestre afin que filles et garçons, en France, puissent accéder de manière égale aux métiers de la musique, sans discriminations fondées sur des considérations d’un autre âge.

Nous souhaitons que le monde de la musique puisse s’enorgueillir au plus vite de pratiques réellement mixtes et égalitaires et que les déséquilibres qui en sont aujourd’hui la marque honteuse ne soient plus demain que de vieux souvenirs. Pour mémoire : les métiers de la musique sont, en 2013, les moins féminisés des professions artistiques ; entre autres chiffres : seules 3% des musiques que nous entendons sont composées par des femmes et, sur la saison 2013-2014, seules 17 femmes dirigeront un orchestre sur 574 concerts prévus en France.

C’est pourquoi nous attendons des institutions une réponse ferme et immédiate aux graves allégations de Monsieur Mantovani. Parallèlement et parce que l’égalité professionnelle femmes-hommes est un enjeu majeur et un atout de performance pour notre société, nous attendons que le Ministère de la Culture amorce rapidement une politique de formation sur ces questions à l’adresse des responsables des structures publiques d’enseignement musical, ainsi que le préconise sa feuille de route. Nous souhaitons que toutes les vocations soient encouragées par les autorités de référence et non systématiquement déçues par des discours pénalisants.

Le mouvement H/F, qui se félicite d’avoir lancé en 2013 une Saisons Egalité avec 121 structures culturelles partenaires dans quatre régions se veut aujourd’hui force de proposition pour avancer dans ce sens aussi dans le domainde musical aux côtés du Ministère de la Culture et du Ministère des Droits des Femmes, et pour faire appliquer les dispositions relatives à l’égalité professionnelle et à la mixité dans les métiers en accord avec le projet de loi du gouvernement.

Dans l’espoir que notre sollicitation retiendra votre attention, nous vous prions, Mesdames les Ministres, de recevoir nos salutations distinguées.

Le Mouvement HF, réuni en Fédération interrégionale :
HF Aquitaine, HF Auvergne, HF Bourgogne, HF Bretagne, HF Île-de-France, HF Languedoc-Roussillon, HF Limousin, HF Midi-Pyrénées, HF Nord-Pas-de-Calais, HF Normandie, HF Picardie, HF Poitou-Charentes, HF Provence-Alpes-Côte d’Azur, HF Rhône-Alpes.

*Le Parlement européen, dans sa résolution du 10/03/2009 « souligne que la discrimination à l’égard des femmes pénalise le développement du secteur culturel en le privant de talents et de compétences. »

Musique

Musique

Balayeur des rues et chef d’orchestre, des métiers d’homme ?

L’échange entre Benoît Duteurtre (Le Nouveau Marianne n°845) et Laurence Equilbey (Le Nouveau Marianne n°846).

 

« Oui, Cheffe ! » / Lettre ouverte à Benoit Duteurtre, de Laurence Equilbey

 

« Où sont les musiciennes ? »

 

contribution du Natasha Le Roux pour la rencontre publique proposée par H/F IdF le 24 septembre 2012 à La Java (Paris 10e) autour de la question de l’égalité femmes-hommes dans les secteurs de la musique

 

Où sont les musiciennes

 

Où sont les femmes dans la musique classique ?

 

 

Article  sur le site de France Musique avec documents sonores (interviews)

Musique

Où sont les musiciennes

La question a été posée ce lundi 24 septembre à La Java  (Paris 10e) lors d’une table-ronde organisée par H/F IdF sur les inégalités femmes / hommes dans le secteur musical.

A la tribune :

Ondine Garcia Déléguée Générale de la Fédération des grands orchestres de jazz Grands Formats
Benedicte Briant Froidure Directrice de la scène de Musiques actuelles File 7
Cae Massena Chanteuse, Choriste, Auteure compositrice
Natasha Le Roux Professeure au Conservatoire de Pierrefitte-Sur-Seine et
Villetaneuse

Excusée : Laurence Equilbey Chef d’orchestre (sous réserve)

Dans la salle : une soixantaine de professionnels/les de tous horizons.

 

Pour visionner le débat :

Images et motage : Marie-Claude Eudaric

 

A lire dans la rubrique « Ressources – articles » la contribution de Natasha Le Roux en introduction au débat.

 

A écouter :

Musique

Théâtre, musique, danse : où sont les femmes ?

Écoutez l’objet sonore avec les voix d’Anne Alvaro, Cécile Brune, Catherine Ferran, Sabine Haudepin, Agnès Sourdillon, Coline Serreau.